Loading...
Page d’accueil 2018-08-04T12:19:25+00:00

Le 4° festival photo d’Uzès aura lieu
du samedi 18 au jeudi 23 août 2018.

Des images positives, créatives et humanistes

Le lieu central du festival est l’Hôtel de Ville, deux circuits vous guideront ensuite pour un parcours au cœur de la ville, de l’Office de tourisme au “quartier des Arts” afin de découvrir 22 expositions sur 14 espaces.

L’accès au festival est gratuit.

Les expositions seront ouvertes de 10 à 19h, des projections nocturnes seront proposées dimanche 19, mardi 21 et mercredi 22/8 à 21h.

Ne manquez pas la soirée d’inauguration le samedi 18/8 à 18h, en présence des photographes, qui sera festive et conviviale.

Olivier Culmann invité d’honneur

Photographe depuis 1992 et membre du collectif Tendance Floue depuis 1996, son travail est traversé par les questions récurrentes de la liberté et du conditionnement.

Sa photographie interroge, toujours sur le fil du dérisoire et l’absurde, l’existence ou l’absence de choix.

Il présentera sa dernière expo en grand format “The Others”.
Passionné par l’imagerie populaire et les codes de mise en scène de la photographie, il choisit notamment d’utiliser sa propre image pour explorer les fantasmes sociaux et ses propres interrogations sur l’altérité.

The Others propose un voyage virtuel à travers l’une des sociétés les plus compartimentées au monde et dont la production visuelle est l’une des plus prolifiques.

Par ces photographies, l’auteur explore les limites de la photographie et questionne l’élaboration du statut social à travers la construction de l’image de soi.

Olivier Culmann animera également un workshop de 2 jours “Chercher sa propre photographie” les 22-23/8 et une conférence-projection le mercredi 22/8 à 21h, qui relatera l’évolution de son parcours de 25 années.

Un riche programme d’animations

Bien plus qu’un simple accrochage, ce festival à échelle humaine, propose un riche programme d’animations en résonance avec le travail de chaque auteur-photographe. Ceux-ci seront très présents et invitent le public à participer aux ateliers, conférences, projections, prestations artistiques qui animeront ces 6 jours de festival.

22 Univers à découvrir

Au total, il y aura 14 lieux et 22 expositions aux univers artistiques très variés.

Inciter l’humain à prêter plus d’attention au monde en
acceptant de changer de regard sur ce qu’il a devant les yeux.

Hervé Clavreul, Passages

Ni un lieu ni un pays et pourtant réel bien que ne figurant sur aucune carte.

Tereza Kozinc, Le livre vivant

Des images en transparences… sur lesquelles ces femmes et ces hommes apparaissent, disparaissent, mais sont toujours bien présents.

Marie-Rose Gilles, Transparences

Je m’attache aux infimes petits riens de la vie, ceux que les foules aperçoivent furtivement sans les voir véritablement.

Bernard Jolivalt, Étincelles d’étrangeté

J’ai une passion pour la photographie artisanale, la chambre noire, l’odeur des chimies…

Benoit Grellet, Portraits au collodion

Attirée par le portrait et la photographie humaniste et sociale, je focalise mon travail principalement sur les femmes et les jeunes générations.

Fatoumata Diabaté, « Sutiki » A nous la nuit

Regarder le monde en face, dans le noir des yeux pour essayer de comprendre les particularités de chacun.

Michel Berberian, The Black of Eyes

Un monde qu’il serai vain et présomptueux de ma part de vouloir décrire avec des mots. Alors je laisse la poésie occuper l’espace…

Régis Domergue, Ce n’est pas parce que l’on ne voit rien qu’il n’y a rien à voir

Mes photographies parlent de la quête « d’Être », des travers de la société, des chemins à parcourir, des mondes intérieurs et de la place de l’humain dans l’univers…

William Guilmain, The edges of the world

Fort de cadrages simples, sans fioritures, je privilégie la quête de l’instant, l’instant de grâce.

Yves Thétiot, Un monde rural

Ma passion, c’est la lumière. Jouer avec, expérimenter, pour métamorphoser le sujet, le sublimer, à la manière d’une peinture.

Carole Reboul, Bulles d’obscurité

L’ailleurs est ici, seuls les pôles sont un repère tangible (…)
Le regard affranchi de ces contraintes peut alors tout « embrasser ».

Emma Arbogast, O.S.E.

Quand j’ai commencé à photographier Marseille, il y a un an, je suis partie avec, en tête, cette phrase de Cendrars : « Marseille est une ville selon mon cœur. (…)

Elise Llinares, Littoral Marseille

60 ans après cette « Révolution Romantique », que reste-t-il aujourd’hui de cette période révolue ?

Bernard Moncet, Cuba d’hier et d’aujourd’hui

J’ai essayé de ne laisser que le mouvement ou l’immobilité de la mer (…) mais est-ce bien cela que l’on voit ou le simple résultat d’un coup de vent?

Olivier Kauffmann, The edges of the world

La technique du sténopé est floue et incertaine. Le résultat n’est pas garanti, seul le parcours l’est : initiatique et sans cesse renouvelé.

odilE, Mes canettes-paysages

Une évasion permanente à travers le monde en présentant des scènes avec un regard tendre et malicieux.

Alastair Magnaldo, Autres mondes

Je suis née dans l’amour. J’en recherche l’infusion comme sa diffusion. J’en capte sa fusion. Et j’espère que lorsque mon corps n’existera plus, j’aimerais encore…

Florence Liger d’Avignon, Ames d’Amour

En me photographiant avec ce découpage, ma physionomie a changé du tout au tout et c’est devenu un jeu…

Jean-Pierre Rieu, Métamorphose

Une série qui laisse la place au rêve, à l’imaginaire. Une invitation à la danse, à la sensualité, au voyage…

Edgar Moroni, Color Tango

A chacun sa façon de voir la vie, la nôtre est positive, créative et humaniste.

Nous avons l’envie de présenter le monde de façon ouverte,
inviter à rêver et laisser la place à l’imaginaire… 

Soutenir l’association

Reportage télévisé lors de l’édition 2016